Le vendredi 16 mars 2018, au terme de son séjour en République du Vanuatu, l’AMD, association regroupant des entreprises calédoniennes de la filière maintenance, a signé une convention visant à accueillir de jeunes Vanuatais au sein des entreprises du pays membres du cluster.

Il s’agit de permettre au Vanuatu une montée en compétence de sa main d’œuvre du secteur technique en offrant aux jeunes une immersion dans des entreprises calédoniennes. Cette immersion, dans un premier temps, pourra leur permettre d’identifier les secteurs de l’entreprise qui les intéressent particulièrement afin par la suite de sélectionner la formation qui correspond.

Comme la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu est un petit pays en Océanie et en tant que sœurs de Mélanésie il était tout à fait normal de pouvoir faire profiter les îles voisines des plateformes qu’offrent les entreprises calédoniennes. Cette convention s’inscrit pleinement dans le cadre de la politique de coopération régionale soutenue par la France et elle permet également au Vanuatu une ouverture plus importante sur la francophonie.
La semaine que la dizaine d’entreprises calédoniennes a passé au Vanuatu n’a pas été de tout repos. Le programme des visites et rencontres était assez soutenu : visite des nouvelles installations du port de Port-Vila, rencontre avec le Ministre de l’Education et de la Formation Monsieur Jean-Pierre NIRUA, rencontre avec l’Ambassadeur de France au Vanuatu Monsieur Gilles FAVRET, visite du lycée Antoine De Bougainville, visite de la brasserie Vanuatu Brewing Ltd, rencontre avec Monsieur Georges CUMBO de l’Alliance Française, visite d’UNELCO, participation à une table-ronde organisée par l’AUF – Agence Universitaire de la Francophonie et rencontre au sein de la CCI du Vanuatu avec des entreprises locales.
C’est ainsi qu’à l’issue de ce séjour riche en rencontres, fort de symboles et en toute humilité, que Monsieur Jean-Patrick LERANDY – Président de l’AMD - et Monsieur Jean-Pierre NIRUA – Ministre de l’Éducation et de la Formation du Vanuatu – ont signé la convention.
C’est le début de l’aventure car il ne s’agit là que de la première pierre. Reste maintenant à l’AMD et au Vanuatu de mettre en place les outils permettant de concrétiser cette convention. Comme l’a si justement fait remarquer Monsieur LERANDY : « La diplomatie a fait son travail et c’est maintenant aux chefs d’entreprises de faire le leur. Ce sont eux qui font l’économie d’un pays. »