Le Congrès de la Nouvelle-Calédonie a fixé au dimanche 4 novembre 2018 la date du référendum sur l'indépendance, qui sera organisé dans le cadre du statut de l'accord de Nouméa, lors d'une séance publique lundi à laquelle assistait l'AFP.

En dépit du "caractère historique" du texte, souligné par plusieurs élus, celui-ci n'a pas été adopté à l'unanimité. Il a rassemblé 38 voix tandis que 14 élus issus de la droite non indépendantiste s'y sont opposés, dénonçant "la repentance coloniale" contenue selon eux dans l'exposé des motifs.
Le texte a été entériné par les deux groupes indépendantistes, "UC-FLNKS et nationaliste" et UNI (Union nationale pour l'indépendance), ainsi que par les élus de Calédonie ensemble (CE, droite modérée).
Les élus des Républicains Calédoniens, du Rassemblement-LR et du Mouvement populaire calédonien (MPC) ont voté contre. Ils auraient souhaité une délibération (un texte) plus administrative, sans rappel historique. (…)
C'est un rendez-vous historique
Fortement inspiré du préambule de l'accord de Nouméa (1998), l'exposé des motifs rappelle que "la colonisation portait en elle la négation de l'identité kanak" mais également que la Nouvelle-Calédonie "s'est engagée dans un processus négocié" (...) pour "tourner la page de la violence et du mépris pour écrire ensemble les pages de paix, de solidarité et de prospérité".
"On ne peut pas fixer la date d'un référendum sans mettre en place son contexte politique. C'est un rendez-vous historique. C'est pour ça que nous étions opposés à une délibération purement administrative", a estimé Jacques Lallié, élu UC-FLNKS, qui a voté pour le texte.
Philippe Gomès, député UDI-Agir-Indépendants et élu CE, a de son côté affirmé que l'arrêt de la date du référendum était "un acte politique". "C'est la première fois que le droit à l'autodétermination va véritablement s'exercer dans notre pays. Cela mérite au moins un rapport de présentation pour mettre en perspective l'exercice de ce droit dont nous sommes les seuls à disposer au sein de la République", a-t-il fait valoir. (…)
En vertu de l'accord de Nouméa, qui a instauré depuis 1998 un processus progressif de décolonisation, les élus locaux avaient jusqu'au mois de mai pour pouvoir eux-mêmes décider de la date du scrutin.